2023, une année de luttes féministes et de retrouvailles

22/12/2023 |

Écrit par Bianca Pessoa et Helena Zelic

Découvrez un aperçu de la production de Capire sur la lutte féministe et anti-impérialiste à travers le monde

Nous clôturons l’année 2023 avec une rétrospective pleine de luttes et de solidarités, d’idées et de réflexions collectives issues des expériences des femmes du monde entier. Ce fut une année de défense urgente de la vie, de la liberté et de l’autodétermination des peuples, contre l’impérialisme et ses guerres, sanctions, embargos et criminalisation de ceux qui luttent. Nous nous retrouvons dans des espaces de construction de l’internationalisme féministe. Nous avons dit au revoir à des compagnes fondamentales de notre lutte, nous avons créé des formes collectives de mémoire et nous continuons dans la construction du féminisme populaire.

Avec Capire, nous avons amplifié la voix des femmes militantes avec 19 interviews, 25 textes originaux et 31 rapports d’expérience, ainsi que des vidéos et des audios. Nous avons publié des contenus exclusifs et aussi en convergence avec d’autres médias contre-hégémoniques et mouvements populaires. Nous nous efforçons de faire en sorte que notre plateforme facilite les dialogues, les alliances et les échanges qui approfondissent la compréhension globale du féminisme populaire et l’urgence d’une transformation anti-systémique. Comme notre compagne Nalu Faria nous l’a toujours dit : les réponses aux problèmes des peuples n’ont pas besoin d’être inventées par des théories, puisqu’elles sont déjà pratiquées par les peuples eux-mêmes. C’est à la communication féministe et populaire de les enregistrer, les transmettre, les faire parler, renforçant ainsi la construction du mouvement, le sujet politique féministe et les pratiques concrètes de l’internationalisme.

Solidarité urgente : nous continuerons à marcher jusqu’à ce que la Palestine soit libre !

La défense de la Palestine libre de la rivière à la mer, contre l’occupation sioniste et le génocide en cours est une lutte fondamentale des femmes anti-impérialistes. Nous nous joignons aux médias populaires pour répondre à l’appel de Leila Khaled : « Je lance un appel aux médias. Vous. Vous êtes aussi le peuple qui lutte. Vous, qui avez suffisamment de force pour faire passer un message au monde entier. »

Tout au long de l’année 2023, nous avons amplifié la lutte pour la défense du peuple palestinien, avons dénoncé le génocide en cours à Gaza et avons donné de la visibilité à la lutte des femmes palestiniennes pour la défense de leur vie, de leur corps et de leur terre dans des interviews et des analyses qui nous donneront un aperçu de la force de cette résistance. Avec l’écrivaine Maryam Abu Daqqa, nous avons lu à propos de la persécution des femmes palestiniennes à l’intérieur et à l’extérieur de leurs terres ; la militante Abeer Abu Khdeir a dénoncé le génocide en cours, à un moment où le conflit commençait à s’intensifier ; avec Leila Khaled, nous avons appris la légitimité de la résistance palestinienne contre l’occupation sioniste et les besoins d’actions concrètes, dans chacun de nos pays, pour défendre le peuple palestinien ; et YasmeenEl-Hasan a parlé de la relation profonde et enracinée du peuple palestinien avec sa propre terre, affirmant que la lutte pour la terre est au cœur de la défense de la Palestine libre. Les contenus publiés par Capire sont des instruments pour renforcer cette lutte, qui connaîtra une phase cruciale en 2024 : il est urgent de mettre fin aux attaques d’Israël, au génocide et à l’occupation sioniste.

Un féminisme anti-impérialiste et anticolonial

Célébrant le 200e anniversaire de la doctrine Monroe, nous avons publié la dénonciation des mouvements MMF et ALBA Movimientos sur le passé et le présent de l’impérialisme états-unien dans les Amériques, et nous exprimons la solidarité féministe dans la campagne « Cuba vit et résiste ».

Renforçant la solidarité féministe pour la souveraineté et l’autodétermination du Sahara occidental, nous avons publié l’article de AylaChejh sur le rôle central des femmes dans l’organisation politique du Sahara occidental et la vidéo Un drapeau planté dans le sable, produit par Capire et le Secrétariat international de la MMF, qui montre la vie quotidienne des femmes dans les camps de réfugiés sahraouis en Algérie.

Rencontres en face à face et couverture internationale

Depuis 2021, nous suivons de près la réalisation de l’École Internationale d’organisation féministe (IFOS en anglais). En août de cette année, plus de 100 femmes de toutes les régions des Amériques se sont réunies au Honduras pour la réalisation de la première édition régionale et présentielle de l’école, impliquant un ensemble de mouvements et d’organisations qui agissent en alliance dans la région. Nous avons publié sur Capire des réflexions sur la décolonisation des corps et sexualités, sur l’importance de la mystique pour la formation féministe et la construction d’un sujet féministe pluriel, des accumulations du contenu discuté à l’École, en plus d’un extrait du livre « Éducation populaire féministe décoloniale ».

Natália Blanco, 2023

En octobre, la Marche Mondiale des Femmes a tenu sa 13e Rencontre internationale, la première en présentiel après la pandémie. L’activité a eu lieu à Ankara, en Turquie, avec des représentations des coordinations nationales de la Marche et des mouvements alliés de 65 pays. En préparation de la Rencontre, nous avons publié des textes sur l’économie féministe en tant qu’outil politique de la Marche Mondiale des Femmes et aussi sur les expériences historiques du mouvement, telles que la création de la Courtepointe de solidarité, en 2005, et la clôture de la 3ème Action Internationale en République Démocratique du Congo en 2010.

La couverture de la 13e Rencontre internationale a été comptée en article et en vidéo. Nous avons publié également des interviews avec la féministe indienne Sehjo Singh et la palestinienne Abeer Abu Khdeir.

En septembre et octobre, nous avons participé à la 3ème Conférence dilemmes de l’humanité de l’Assemblée Internationale des Peuples (AIP), aux étapes régionales (à Santiago, Chili) et internationales (à Johannesburg, Afrique du Sud). Au niveau régional, nous avons présenté notre expérience de communication populaire et publié une édition du discours de la sociologue équatorienne Irene León. Sur la scène internationale, nous avons discuté avec les participantes et avons écrit sur les accumulations de luttes anti-patriarcales et anticapitalistes dans la construction du socialisme, nous avons publié le discours d’Ana Priscila Alves (Brésil) et des interviews avec les militantes Leila Khaled (Palestine), Theodora Pius (Tanzanie) et PhakamileHlubi-Mjola (Afrique du Sud).

Capire a participé à la convergence de communication lors de la 8e Conférence de la Via Campesina, qui a eu lieu en décembre à Bogotá, en Colombie. Au cours de la conférence, la 6ème Assemblée des femmes de la Via Campesina a été réalisée, un temps d’organisation du féminisme paysan et populaire. Nous avons publié le reflet des dirigeantes de CLOC-Via Campesina sur l’histoire et l’accumulation des paysannes dans la construction de la souveraineté alimentaire, en plus de l’analyse de Geum-Soon Yoon, de Corée du Sud, sur les défis auxquels est confrontée la situation actuelle. Au cours de la conférence, nous avons mené plusieurs interviews avec des dirigeantes de la Via Campesina, dont celle de l’activiste népalaise Daya Laxmi, qui est également membre du Comité international de la MMF.

Photo: Biby Rojas | LVC

Mémoire féministe

En 2023, nous avons dit adieu aux militantes féministes qui ont marqué l’histoire et consacré leur vie à la lutte en résistance au capitalisme patriarcal et à la défense de l’égalité et de l’autonomie dans leurs pays et dans le monde. L’héritage de Nalu Faria, Ahlam Belhaj, Cleone Santos, Sarah Spatz et Maria Mies continuera d’exister dans la flamme de la révolution féministe qui nous émeut. Nous avons fait et continuerons de faire mémoire de leurs luttes, nous nous souvenons donc d’autres compagnes dans l’histoire du féminisme. Nous rappelons les trajectoires et les contributions de Miriam Makeba et Josie Mpama d’Afrique du Sud, les révolutionnaires cubaines HaydéeSantamaría et Vilma Espín, de la militante guyanaise Andaiye, de l’hondurienne Berta Cáceres à partir des paroles de sa fille Bertita Zúniga, et nous avons réfléchi à ce que nous voulons en tant que femmes socialistes à partir d’un texte d’Eleanor Marx, de 1886. Nous rappelons également les 50 ans du coup d’État militaire au Chili, les 10 ans de l’effondrement du Rana Plaza et nous récupérons l’histoire du Mouvement du 4 mai en Chine.

L’année 2023 a marqué les 25 ans de la Marche Mondiale des Femmes. Sur cette histoire et les défis actuels, nous partageons l’analyse d’Yildiz Temürtürkan, coordinatrice internationale de la MMF, et nous reprenons le lancement du mouvement, qui a eu lieu le 8 mars 2000. De plus, nous avons coproduit une vidéo qui récupère les trajectoires de la lutte de la Marche Mondiale des Femmes pour la souveraineté alimentaire.

Résistances permanentes pour la défense de la vie et de la souveraineté des peuples

Partout dans le monde, les femmes mènent des luttes pour la défense de la durabilité de la vie et de la souveraineté des peuples. Les résistances des femmes, tout en dénonçant les guerres et violences, créent et maintiennent des territoires de paix. À cet égard, nous avons mené une interview avec l’activiste égyptienne Sanaa Seif sur la campagne pour la libération de son frère et d’autres prisonniers politiques ; avec Jodie Evans de CODEPINK, et avec Siwatu-Salama Ra et Roxanne Lawson, de l’Aliance populaire pour la justice globale [Grassroots Global Justice Alliance – GGJ], sur la lutte pour la démilitarisation au cœur de l’impérialisme ; et avec Mireya Forel, de Femmes en noir, sur l’agenda féministe anti-guerre.

Nous avons publié un article cinglant sur le racisme et la xénophobie impliqués dans le meurtre d’un jeune arabe par la police française et une analyse sur les persécutions, enlèvements et meurtres que les femmes autochtones souffrent aux États-Unis. Nous dénonçons la cooptation et la violence LGBTphobe à la campagne et en ville. Nous avons publié également des textes sur la résistance politique au Pérou et en Jujuy, en Argentine, contre la répression policière et pour la défense de la démocratie.

En défense des territoires, des communautés et de la nature, nous avons publié des textes sur la résistance à l’exploitation minière au Brésil, la capture corporative de la nature sur le continent africain et à la COP 15, et la monoculture de palmiers à huile au Chiapas. Ce sont des luttes féministes qui combinent la défense de corps et territoires. De la Turquie, Syrie et des territoires kurdes, les militantes ont écrit sur les impacts du tremblement de terre qui s’est produit dans la région, une catastrophe sans précédent, dont les impacts ont été aggravés par la politique néolibérale. Et, pour élargir les horizons de la lutte écoféministe, nous avons interviewé Ariel Salleh, qui pointe des pistes féministes face à l’effondrement écologique du XXIe siècle.

Les corps des femmes restent un territoire de dispute capitaliste et patriarcale. Aux Philippines, Jean Enriquez dénonce la prostitution qui accompagne la présence militaire dans le pays et la région. En Irak, Teeba Saad dénonce les lois sur le statut personnel et la masculinité systémique. En Tunisie, les femmes réfléchissent sur la précarité du travail dans l’économie informelle et à propos du contrôle patriarcal sur leurs corps.

Concevoir et construire des alternatives féministes

Partout dans le monde, à partir d’expériences locales et de connaissances collectives, les femmes proposent des alternatives économiques et sociales pour la transformation du monde. Parmi les expériences de communication et les plateformes virtuelles, nous avons publié du contenu sur Pikara Magazine, dans l’État espagnol, le portail argentin Marcha, la télévision publique du Venezuela Telesur, et la plateforme Maria d’ajuda, qui lutte contre la violence sur Internet au Brésil.

Au Brésil, Rejane Medeiros parle dans une interview de l’auto-organisation des femmes rurales dans le nord-est du Brésil. Cette auto-organisation a également été fortement démontrée dans la Marche des Margaridas, qui a réuni plus de 100 mille femmes dans la capitale brésilienne, et dans le long métrage Formigueiro : la révolution quotidienne des femmes, qui suit les actions de la MMF dans le pays. Aux Philippines les femmes résistent à l’autoritarisme tout en continuant la lutte pour la réforme agraire. Au Pays Basque, les femmes organisent une campagne revendicative d’une politique féministe des soins. En Géorgie et à la République Dominicaine, ainsi qu’à l’international dans Via Campesina et au Mouvement mondial pour les forêts tropicales (WRM en anglais), les femmes mènent des processus de formation et récupèrent l’histoire de la lutte féministe dans leurs pays. En France, les femmes ont lutté contre la réforme des retraites, mettant en vedette des critiques féministes du système de retraite. Dans les Amériques, les femmes unissent féminisme et intégration des peuples et se préparent à un voyage continental pour l’intégration.

Dans tous ces exemples, mettre la durabilité de la vie au centre de la lutte politique fait partie de la stratégie des sujets politiques de chaque lieu. L’économie féministe, avec sa perspective de rupture et de transformation radicale de l’organisation sociale, se montre comme un phare important pour les luttes de l’avenir. 2024 sera une année de continuités et d’expansion des processus politiques et des étapes qui viennent de loin. Comme l’a écrit la poète cubaine Nathalie Morejón : que nous puissions nous inspirer des luttes déjà menées pour qu’ensuite « le monde renaisse à son tour/ renaisse toute la mer ».

——

Dans le but de maintenir et d’étendre Capire en tant qu’outil du féminisme populaire internationaliste, nous avons lancé en 2023 une invitation et une demande de soutien à toutes les personnes qui nous accompagnent pour contribuer à la communication féministe et populaire. Soutenez Capire !

Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

Édité par Tica Moreno

Articles associés