Photo/Foto: Taybah Saad

Analyse 08/04/2021

Économie féministe

Photo/Foto: Taybah Saad

Séparer la frontière entre la pauvreté et les femmes en Irak

La Marche Mondiale des Femmes en Irak propose une réflexion sur le néolibéralisme, l'oppression contre les femmes et la pauvreté.

Par la Marche Mondiale des Femmes d’Irak

La pauvreté est cette ligne tracée avec rigueur selon les spécifications et les comparaisons internationales. C’est à travers elle que nous pouvons, par analogies, mesurer la souffrance et la pénurie qui, reflétées dans notre vie quotidienne, réduisent le niveau de vie des gens. La pauvreté est une incapacité à atteindre le minimum nécessaire pour un niveau de vie digne. C’est ce qui projette l’ombre et illumine la frontière de la privation ou de la subsistance quotidienne minimale, ressemblant à un compte-gouttes. 

Les femmes ne sont pas sauvées de cette pauvreté, au contraire, elles sont les plus vulnérables. La pauvreté n’affecte pas qu’un seul sexe, car nombreuses sont les femmes qui franchissent le seuil de la pauvreté, ses courbes successives, allant et venant dans de longues journées ou surmontant dans les graphiques les lignes tortueuses pour garder le pouls du souffle.

Le dilemme des femmes jette un œil sur la ligne des dilemmes de la société. Dans les sociétés néolibérales, la machine médiatique impérialiste et les autorités locales légitiment à plusieurs reprises la discrimination sexiste. Il y a de plus en plus de crises sociales et économiques, tenues à l’écart ou déformées pour éloigner les femmes des problèmes sociaux, en particulier ceux qui ont des racines de classe. Les femmes existent socialement et leurs problèmes ne sont pas très éloignés des problèmes de la société « hypothécaire » avec des liens de dépendance des relations de production telles que les relations de dominance du mode de production et des cultures dominantes.

À chaque fois, le régime met en avant divers arguments et moyens pour créer un terrain propice à la poursuite des lois réactionnaires. La pauvreté impose à l’individu des restrictions de perception et une vision misérable de ce qu’il peut être, surtout si la religion est utilisée pour justifier le phénomène de la pauvreté, comme s’il s’agissait d’une volonté divine. La confiance religieuse appartient à ceux qui détiennent le pouvoir afin de maintenir la pauvreté, de garder les pauvres satisfaits de la réalité en servant le capital. C’est un crime, une attaque contre l’être humain, car certains de ces aspects deviennent acceptables pour les femmes elles-mêmes. Le phénomène de l’oppression des femmes ne s’est pas posé comme une urgence et ne peut pas être maintenu sans l’intérêt des classes autoritaires. La façon dont le système économique social est organisé en est un reflet.

L’oppression des femmes commence avec la division du travail entre les femmes et les hommes et entre les familles. Tout au long de l’histoire, la condition des femmes est définie. Elles sont placées en deuxième position. Il en résulte des conflits de classe et une répartition inégale des responsabilités entre les hommes et les femmes, révélant l’oppression et la place qu’occupent les femmes dans la société. La pauvreté, concrétisée dans la réalité de la vie, devient la propriété des femmes, qui continuent de souffrir du capitalisme barbare. C’est un modèle qui construit une économie isolée de l’humanité et voit la souffrance du peuple comme un sujet abstrait. Pour le capitalisme, le plus important est l’accumulation de capital.

Le néolibéralisme reste prêt à servir les riches aux dépens des pauvres et à transformer le peuple en objet. Son essence est l’échange d’une marchandise avec une autre marchandise et non la relation entre les personnes. Aujourd’hui, les femmes souffrent d’un manque d’accès aux espaces de production dans nos pays arabes et maghrébins, où la production est quasi inexistante et limitée à une industrie légère et complémentaire. Les femmes subissent une concurrence intense pour les opportunités dans le processus de production, et leurs liens et comportements sont affectés en fonction de leur position dans la relation de production. Elles deviennent prisonnières de la réalité, tournant dans la spirale du sous-emploi. La discrimination est explicite sur le marché du travail du capitalisme, ce qui est vérifié par les salaires et le type de travail formel offert aux femmes.

Les écarts entre les hommes et les femmes dans la compétition pour les postes vacants dans le secteur privé s’expriment par le besoin d’avoir des relations préalables avec les employeurs, généralement des hommes. Il est impossible de concourir pour des postes dans les petites entreprises, car elles sont à la merci des grands hommes d’affaires, qui ont un capital plus important. Par ignorance, de nombreuses travailleuses ne s’organisent pas en syndicats qui pourraient protéger leurs droits. Par conséquent, le nombre de femmes syndiquées est encore peu élevé.

Il n’y a pas de solution isolée aux problèmes des femmes, qui se posent à tant de niveaux, sans instituer un système social alternatif pour réaliser les revendications, les droits des femmes et pour conquérir la liberté. Pour cela, il faut que les mouvements sociaux de la classe ouvrière soient forts et que, à partir des forces progressistes et socialistes avec la participation des femmes, ils organisent les efforts, concentrent les énergies et créent la résistance nécessaire pour construire une société humaine sans classes, basée sur l’égalité et la justice sociale. 

____________________________________________________________________________

L’article a été rédigé par la Marche Mondiale des Femmes d’Irak et initialement publié dans le Sairat Journal, le blog de la MMF dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord)

Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves.

Revisé par Helena Zelic et Aline Scátola

 

Articles associés

Newsletter

Pour suivre les actualités de Capire et recevoir le contenu par e-mail, abonnez-vous à notre bulletin.