Friends of the Earth, 2021

Analyse 17/11/2021

Justice environnementale

Friends of the Earth, 2021

Construire un traité contraignant pour les transnationales est une lutte féministe

Les femmes sont les plus touchées par le pouvoir des sociétés transnationales ; mais elles sont aussi les principales résistantes à leur encontre.

Par Júlia Garcia, Letícia Paranhos et Tchenna Maso

Au cours de la dernière semaine d’octobre 2021, la 7ème session de négociation du groupe intergouvernemental pour la création d’un traité contraignant pour les sociétés transnationales et autres entreprises dans le domaine des droits humains s’est tenue à Genève, au Conseil des Droits Humains des Nations Unies (ONU). La session présidée par l’Équateur a réuni plus de 70 pays.

La lutte pour cette normalisation se concentre sur la nécessité de contrôler les actions des sociétés transnationales sur les territoires à partir d’un droit international qui les tient responsables de la violation systématique des droits humains résultant de leurs activités.

Parmi les pratiques les plus courantes figurent l’appropriation de la nature sans discernement, la destruction des modes de vie des peuples et communautés traditionnels ; la perte de la souveraineté alimentaire ; la criminalisation et la violence ; l’assouplissement des droits et la précarité des conditions de travail ; et l’impossibilité de maintenir des relations sociales construites en communauté, forçant la migration ou la réinstallation d’une grande partie de la population.

Impacts des traités de libre-échange

Depuis 1972, avec l’intervention de Salvador Allende à l’ONU, la gravité de la concentration du pouvoir politique, économique et culturel par les sociétés transnationales au fil des ans est évidente. Ces sociétés ont beaucoup plus de capital que plusieurs États, qui finissent par être contrôlés par elles en raison de leur dépendance économique. Ainsi, au lieu de tenir les sociétés responsables des dommages socio-environnementaux causés, l’État devient complice de leurs actions.

Les traités de libre-échange et d’investissement contribuent également à l’impunité des entreprises en privilégiant les droits économiques aux droits humains et en établissant des mécanismes d’arbitrage international. En conséquence, de nombreux États qui osent demander des comptes aux entreprises se retrouvent condamnés par des tribunaux d’arbitrage. Quelques exemples sont le cas Uruguay vs. Philip Morris et celui de l’Équateur vs. Chevron.

Toujours dans les pratiques courantes des sociétés transnationales à travers le monde, nous pouvons mettre en évidence la surexploitation des femmes. Exclues des processus productifs de ces entreprises, les femmes sont insérées dans ces activités de manière marginalisée et vulnérable. De l’exploitation du travail à l’exploitation sexuelle, il faut dire que le modus operandi des grandes entreprises traverse les frontières et trouve un terrain fertile d’impunité en raison de l’absence de législation dans leurs propres pays.

Cette réalité est impérative, en particulier dans les pays du sud, mais elle devient également le moteur de l’implication et du leadership des femmes dans les processus de résistance. Les femmes du monde entier mènent le combat pour une société plus juste, pour la défense de la nature, pour la fin de la violence et de l’exploitation sexuelle, pour le logement, l’accès à la nourriture et à l’eau. Les sociétés transnationales détruisent les tissus sociaux et les modes de production de la vie, générant une plus grande surcharge de travail pour les femmes, qui soutiennent l’ensemble de l’économie des soins en raison de la structure sociale patriarcale.

Un exemple frappant a été le 28 avril 2013, lorsque le bâtiment du Rana Plaza au Bangladesh s’est effondré, tuant 1 138 personnes. Parmi ces personnes, 80 % étaient des femmes travailleuses de l’industrie textile. Ces travailleuses produisaient pour de grandes marques telles que H&M, C&A et Benetton dans des conditions insalubres et de bas salaires. Il n’est pas rare que des entreprises transnationales fassent travailler des femmes dans des conditions dégradantes et sous-louent des espaces afin de minimiser leurs coûts de production.

Friends of the Earth, 2021

Intervention des femmes à Genève

C’est précisément parce que les femmes mènent la défense des territoires face à l’avancée du pouvoir et du contrôle des sociétés transnationales que nous avons observé un leadership féministe et jeune fort lors de cette 7ème session.

Ce sont des femmes qui quittent leurs territoires et qui apportent aux sessions de l’ONU un agenda insubordonné et rebelle, pour lutter contre l’action capitaliste et coloniale rampante dans leurs communautés.

Le scénario d’un conflit d’idées dirigé par des femmes a fait apparaître diverses actrices politiques qui occupent aussi bien les postes de direction des pays qui défendent des positions plus avancées sur la réglementation des sociétés transnationales, comme la Palestine et l’Égypte, que ceux qui sont actifs dans la société civile. Ce fut le cas des juristes populaires défendant les agendas politiques     avec la rigueur de la technique juridique, et des leaders féministes des mouvements populaires, avec leurs discours percutants. Sans aucun doute, les grandes articulations politiques de défense des peuples de l’agenda sont dirigées par des femmes.

Le rôle de ces femmes était fondamental pour que le contenu de cette normalisation prenne en compte les différentes conditions auxquelles sont exposés les groupes sociaux les plus vulnérables du point de vue économique, social et environnemental, tels que les enfants. L’organisation des femmes a mis sur la table toutes les questions de genre qui impliquent la performance de ces entreprises, démasquant leurs fausses politiques inclusives.

De nombreux défis restent à relever pour construire un traité contraignant ambitieux, capable de mettre fin à l’impunité des sociétés transnationales. Parmi celles-ci, nous pouvons souligner : la nécessité de surmonter les tentatives des États-Unis de saper l’agenda en mettant en place des initiatives de « droit mou » (soft law) ; les initiatives visant à impliquer les entreprises dans les négociations proposées par l’Union européenne ; et l’incertitude quant à la continuité de la méthodologie de négociation de l’Équateur.

Les sujets de la lutte contre l’impunité des entreprises

Le rôle des organisations de base pour faire pression sur leurs États afin de défendre les intérêts des populations dans ces négociations sera décisif dans l’intervalle entre cette session et la suivante. Il en sera de même de la mobilisation des parlementaires pour faire avancer les cadres réglementaires visant à sanctionner les violations des droits humains par les entreprises.

La Campagne Mondiale pour revendiquer la souveraineté des peuples, démanteler le pouvoir des entreprises et mettre fin à l’impunité a été fondée en 2012 et est composée de plus de 250 organisations, mouvements sociaux et communautés touchées par les sociétés transnationales. Les membres de la Campagne surveillent et se concentrent sur le processus de négociation du Traité contraignant depuis le début de 2014. Le symbole de la campagne nous aide à réfléchir à la mobilisation que nous devons construire : un homme blanc en costume-cravate, représentant le pouvoir des entreprises, allongé sur le sol et arrêté par le peuple.

Maintenant, après la 7ème session de négociations, nous pouvons affirmer que les femmes sont à l’avant-garde de cette lutte, en rupture avec les normes du droit international et en touchant le nerf du système capitaliste, raciste et patriarcal.

Le rôle prépondérant des femmes, qui résistent aux impacts des transnationales sur les territoires, et le leadership des femmes dans le processus de négociation du traité contraignant obligent toutes les organisations qui luttent contre le pouvoir des entreprises à reconnaître qu’il s’agit d’une lutte féministe. Il est donc nécessaire de repenser sa symbologie, son leadership et ses positions pour reconnaître ce sujet politique clé. De même, les pays qui négocient le document doivent comprendre que leurs positions dans ce processus influencent directement la vie quotidienne de milliers de femmes dans le monde.

La lutte pour le traité contraignant est également un agenda dans la lutte féministe pour démanteler le système patriarcal, capitaliste et raciste, car les transnationales représentent le visage le plus brutal de ce système dans les territoires.

Le rôle des femmes dans ce processus reflète toute la lutte historique et l’organisation politique féministe pour construire une économie et une politique qui mettent la vie au centre, au lieu du profit. Ainsi, nous continuerons à nous battre pour que les jalons du droit international avancent, soient efficaces dans la réalité concrète ; pour que nous puissions réduire l’asymétrie des pouvoirs entre les transnationales et les peuples ; pour créer de meilleures conditions d’existence et survivre tout en tissant d’autres modes de production.

____

Júlia Garcia est militante du mouvement des personnes touchées par les barrages (MAB) au Brésil, Letícia Paranhos est membre des Amis de la Terre International (ATI) et Tchenna Maso est chercheuse associée à Homa – Centre pour les Droits Humains et les Entreprises. Les auteures font partie de la Campagne mondiale pour revendiquer la souveraineté des peuples, démanteler le pouvoir des entreprises et mettre fin à l’impunité.

Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

Articles associés

Newsletter

Pour suivre les actualités de Capire et recevoir le contenu par e-mail, abonnez-vous à notre bulletin.