Photo: AP, 2017.

Analyse 24/06/2021

Économie féministe

Photo: AP, 2017.

Les femmes palestiniennes entre pauvreté et lutte

L'exploitation du travail, la pauvreté et le colonialisme sont des questions féministes.

Par la Marche Mondiale des Femmes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord.

Le phénomène de la pauvreté est historiquement associé aux différences de classes. Ces différences, à leur tour, sont causées par une répartition inégale des ressources entre les personnes dans les sociétés. D’un côté, il y a celles qui détiennent et récoltent la valeur ajoutée ; de l’autre, celles qui travaillent, produisent et n’en ont toujours pas assez pour survivre et peuvent être expulsées du système, soumises à un cycle de faim, d’ignorance et de maladie. La richesse est concentrée entre les mains d’un nombre limité de propriétaires de monopoles mondiaux. Avec une cupidité croissante, ils utilisent toutes les méthodes possibles de contrôle des capacités de l’univers. Ce qui leur échappe par la force est réprimandé avec plus de force.

Dans ce contexte, il existe de nombreuses formes d’exploitation, que ce soit au sein des sociétés elles-mêmes ou dans les relations entre les puissances coloniales et les autres peuples. La Palestine continue à faire face au projet colonial sioniste, qui est, pour nous, la principale composante de l’impérialisme mondial. Nous serons affaiblies ou même vaincues si nous séparons la lutte des femmes pour la pleine liberté et l’égalité et la lutte des peuples pour l’autonomie et la souveraineté, ou celle des plus pauvres pour la justice sociale. Cette séparation contribue au contrôle des gouvernements sur les peuples, en utilisant de faux slogans démocratiques, purement formels ; subjuguant, divisant et distrayant les forces combattantes avec des détails, au détriment d’un programme stratégique de changement révolutionnaire. 

Il est vrai que la pauvreté est un problème social, économique et politique lié aux facteurs déjà évoqués. Mais en plus, c’est aussi le moteur principal des révolutions au cours de l’histoire. Elle est, sans aucun doute, le premier ennemi de l’égalité et plus encore de la lutte féministe mondiale, qui se présente comme un levier de changement pour un monde meilleur.

Le peuple palestinien vit dans un état de conflits intenses et enchevêtrés. Au niveau national, la Palestine est confrontée à un dilemme politique majeur résultant du pari continu et illusoire que le processus politique fondé sur les principes de la Conférence de Madrid et des Accords d’Oslo peut nous conduire à atteindre, tels que des objectifs nationaux, un pari qui domine encore l’esprit des dirigeants influents. Tout cela sert à dissimuler les politiques internationales et arabes menées dans le cadre de négociations officielles récurrentes avec l’occupation.

En conséquence, le potentiel de confrontation s’affaiblit, juste dans une période où l’occupation maintient la politiquecoloniale sur le terrain. Depuis le siège, l’isolement, l’apartheid et le dernier plan d’annexion (qui vise à délimiter le contrôle sur 33 % de la Cisjordanie palestinienne), les conséquences directes des politiques d’occupation ne font aucun doute : l’augmentation de la pauvreté et des problèmes sociaux qui touchent principalement les femmes, en particulier lorsqu’ils sont combinés au système de la société patriarcale traditionnelle de Palestine et aux politiques néolibérales de l’Autorité Palestinienne¹.

Les femmes palestiniennes face à la pandémie

Récemment, avec la pandémie de Covid-19, la vulnérabilité des femmes s’est aggravée avec l’augmentation de la pauvreté. Les travailleuses ont été les premières à souffrir du manque de sources de revenus, car elles sont majoritaires dans le secteur informel du travail. Les entreprises du secteur privé ont également joué un rôle majeur dans l’appauvrissement des femmes en réduisant les emplois, en licenciant des services et en violant les droits du travail. Tout cela à un moment où 11 % des familles palestiniennes sont dirigées par des femmes. L’État n’a pas assumé la responsabilité d’assurer une vie décente à ces familles en l’absence d’un système intégré de protection sociale.

Un état d’urgence pour prévenir et limiter la propagation du coronavirus a été imposé sans la création d’une clause d’urgence économique qui obligeait les secteurs riches à contribuer et à supporter les dépenses financières découlant de la pandémie. En l’absence de cela, les femmes ont été obligées de réduire les dépenses familiales en attendant l’aide des autorités officielles et civiles, qui jusqu’à présent n’a pas été suffisante et complète.

Les femmes, en particulier les femmes rurales, travaillent pour améliorer l’économie nationale. Elles ont utilisé davantage les ressources de la terre, ce qui a contribué à répondre à de nombreux besoins quotidiens des familles et a prouvé le potentiel élevé des femmes pour faire face aux catastrophes.

Cependant, cela ne signifie pas que les institutions officielles peuvent rester exemptes de leurs responsabilités, au contraire : elles sont liées à des questions cruciales du système juridique, social et politique qui doit être fondé sur des principes d’égalité et de justice sociale. Nous ne pouvons pas perdre de vue les phénomènes associés à la pauvreté, tels que la violence et la criminalité, où les femmes souffrent le plus. Des études récentes indiquent une augmentation de la violence domestique sous toutes ses formes, liée à des pressions économiques et psychologiques accrues en raison de la pandémie.

Notre organisation a été confrontée à toutes les formes de discrimination et de persécution en Palestine, avec des activités et des projets d’action face aux politiques d’occupation. Les campagnes de solidarité avec les hommes et les femmes emprisonnés et la participation à des activités nationales de défense de la terre sont exemplaires.

Face à l' »accord du siècle »² et le plan d’annexion, sont également en cours des activités et des campagnes pour l’égalité et pour plus de participation des femmes en général, en approfondissant les droits des femmes et leurs actions, modifiant la législation et proposant de nouvelles lois basées sur le principe d’égalité. L’objectif de la lutte se situe parmi la jeune génération, qui s’est réunie et a innové dans de nombreuses organisations. La Coordination Nationale de la Marche Mondiale des Femmes, par exemple, a joué un rôle important dans les services sociaux, psychologiques et juridiques pour les familles, les enfants et les femmes.

Oui, la pauvreté est un sujet féministe pour les femmes pauvres, mais ce n’est pas un problème féministe pour toutes les autres femmes de la société. Donc, une question se remplace : où les femmes peuvent-elles s’unir ou se séparer ?


¹  L’Autorité Nationale Palestinienne est l’entité provisoire qui gouverne une partie de la bande de Gaza et de la Cisjordanie depuis 1994. Elle a été créée à la suite des Accords d’Oslo de 1993 et est contrôlée par le Fatah depuis 2013. Sous l’influence de la Banque Mondiale et des gouvernements occidentaux, la gestion reproduit le néolibéralisme comme modèle de développement économique dans les territoires palestiniens.

² L' »accord du siècle » était une proposition des gouvernements de Donald Trump (États-Unis) et Benjamin Netanyahu (Israël) qui exigeait la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël et permettait à ce pays d’annexer les territoires palestiniens.


L’article est rédigé par la Marche Mondiale des Femmes de la Région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) et a été initialement publié dans Journal de Sairat, le blog régional de la MMF.

Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves
Langue originale : Arabe

Articles associés

Newsletter

Pour suivre les actualités de Capire et recevoir le contenu par e-mail, abonnez-vous à notre bulletin.